Rageusement, nouvelle

IMG_8798« L’inspiration! Si je crois à l’inspiration? Mais bien sûr! Je crois que tous les hommes sont inspirés. Ça s’appelle intuition. Ça s’appelle tentation. Ça dépend de la personne qui inspire ». Vincent La Soudière

Le temps de confinement est aussi un temps d’expérimentation, de liberté sous contrainte imposée par la vie. Sur cette vidéo YouTube, je lis ma nouvelle « Rageusement« , précédée d’une introduction de Stéphanie Pahud. Déclenchée par la sensation de reconnaissance émise par l’oeuvre « C’est à la Nuit de briser la nuit » de Vincent La Soudière (1939-1993), notre alliance amicale a donné lieu à une co-création chairissante autour des mots, du corps et des coeurs. Avec les interventions de Dalida et de Cyrano de Bergerac. Lire la suite

Karl Lagerfeld, la mise en abyme de soi

Les livres qui nous arrivent entre les mains y sont généralement pour une raison. La biographie « Kaiser Karl », signée Raphaëlle Bacqué, est un cadeau paternel trouvé sous le sapin. Mon ascendance de ce côté est de Hambourg. Comme celle de KL. Il y a là des traits de caractère et une lignée éducative éprouvée. La distanciation d’avec l’Allemagne d’alors, le goût de la provocation, le déni de la faiblesse, cette faute de goût. L’attirance pour le beau, la culture française, la rapidité d’esprit – et le travail érigé en valeur absolue. « Je suis un calviniste attiré par le superficiel ». La capacité d’absorption de Karl Lagerfeld est à la hauteur de la discipline qu’il s’impose. Une explication de la longévité de son succès est de n’avoir jamais sombré dans la nostalgie d’anciens régimes et de gloires datées. « Je javellise mon passé ». Il possède au contraire une furieuse envie toujours renouvelée d’adaptation à l’air du temps. « Le changement est la façon la plus saine de survivre. » Lire la suite

Serendipité

IMG_6098Les lumières des réjouissances de fin d’année s’enchaînent mais n’ont pas toute la même tonalité. Noël a connu son decrescendo, des néons colorés à la gravité sereine des bougies. Par où est passée sa magie ? Elle était là si on voulait la voir. Et l’harmonie ? Elle était là parce qu’on l’a choisie. Et l’amour ? Il s’est manifesté à ceux qui étaient disposés à l’accueillir et à le renvoyer pour mieux le réceptionner. Les absents n’ont pas été oubliés. « La mélancolie n’est que de la ferveur retombée ». Qu’on (y) croie ou pas, des choses arrivent. Parfois, des miracles. Et si la roue tarde à tourner: « Où tu ne peux pas dire: tant mieux, dis: tant pis. Il y a là de grandes promesses de bonheur. » Lire la suite

Cinéma: Feel better ou presque

lastchristmas-700x350Tout ne va pas toujours mal. L’arrivée de Noël ravive tous les espoirs, également au cinéma. C’est le temps des Feel good movies. Dans La Belle Epoque, Nicolas Bedos met à la fois tout son amour et son regard critique dans l’histoire d’un homme vieillissant et désaimé dans un monde qu’il ne comprend plus. Son fils lui organise un voyage dans le temps, une recherche du temps et de l’amour perdu. Ce n’est pas de la science-fiction, c’est un jeu d’acteurs bien scénarisé qui le transporte au moment magique de la première rencontre avec celle qui sera la femme de sa vie. Les personnages du film portent l’empreinte du couple parental Bedos et du propre rapport complexe du fils à l’amour et à la création. C’est un film ode à l’amour qui se recrée toujours avec liberté. Lire la suite

Un automne au cinéma qui déborde

283317243006211Après Joker, J’accuse et les Misérables, il fallait accuser le coup et, au-delà du plaisir cathartique et distancié devant une représentation certes réaliste mais plus ou moins fictionnelle, prendre dans la face cette réalité sans pause: le mépris humilie, l’indifférence tue. Il est toujours abasourdissant de lire, de voir, d’entendre à quel point les mêmes schémas de violence trouvent à s’infiltrer dans toutes sortes de milieux, dans toutes sortes de relations. Même conscients de l’inhumanité immanente de l’humanité, pouvons-nous nous en préserver? Et – forcément mordus à plusieurs reprises – pouvons-nous ne pas devenir loup ou serpent à notre tour? Nous sommes tous des Bêtes humaines. Et on fait ce qu’on peut. Avec ça. 

Montreux-Majorque, nouvelle érotique

IMG_3715L’ouvrage est sorti le 21 septembre 2017 aux Editions La Musardine et c’est le deuxième Osez 20 Histoires dans lequel l’une de mes nouvelles a été retenues. Je découvre mes co-auteurs qui sont représentatifs de différents styles et sensibilités. Certains revendiquent un style simple et direct, d’autres apportent beaucoup de soin à la mise en place du récit et à sa cohérence narrative. On y trouve des plans à trois romantiques alors que d’autres sont  sordides. Mais le critère de réussite d’une nouvelle érotique est avant tout performatif: le corps réagit-il ou pas? Voilà l’essentiel.

Lire la suite

Nelly Arcan, figure tragique et écrivaine sublime

110920_l54y2_pluson_nellyarcan_burqachair_sn635De retour de la dernière à Genève, je retiendrai trois choses de la mise en scène du spectacle SeXclure / Variations Arcan / Trip-TYque au Théâtre du Grütli:
– le corps instrumentalisé au propre en instrument à percussion, corps objet qui seXprime, magnifiquement réalisé par Pascal Auberson qui fait résonner un corps de femme entre sons flamenco, tribaux, trance. Lire la suite

Tous les jours, à dix heures, un petit plaisir: un texte classique.

slice-1C’est une enseignante qui a créé cette application: tous les jours, vous recevez sur votre smartphone un extrait de texte d’un auteur entré dans le domaine public. Redécouvrez vos classiques, ils y sont tous, du Moyen-Âge au vingtième siècle. Sade, Sand, Maupassant, Musset, Baudelaire, Apollinaire… Ces textes ont l’érotisme en commun. Il y a trois « niveaux »: romantique, érotique, averti. Relire certains auteurs dont on n’avait pas toujours perçu l’exaltation du sentiment amoureux ou l’étendue des sous-entendus est jouissif. Parfois, c’est grivois et c’est rigolo. Lire la suite