Un poème simple

IMG_6099
De l’allemand simple.

Un exercice de grammaire progressive.

Des phrases à compléments exponentiels. 

Qui dit qu’être deux, être aimé, c’est à la fois être soi, complètement soi, et plus que soi. 

Quand c’est bien parce qu’on s’aime et qu’on se tient dans les bras.

C’est une boucle infinie, qui se suffit et s’agrandit.

Un poème roulé comme un 8 couché.

Rien à rajouter.

Serendipité

IMG_6098

Les lumières des réjouissances de fin d’année s’enchaînent mais n’ont pas toute la même tonalité. Noël a connu son decrescendo, des néons colorés à la gravité sereine des bougies. Par où est passée sa magie ? Elle était là si on voulait la voir. Et l’harmonie ? Elle était là parce qu’on l’a choisie. Et l’amour ? Il s’est manifesté à ceux qui étaient disposés à l’accueillir et à le renvoyer pour mieux le réceptionner. Les absents n’ont pas été oubliés. « La mélancolie n’est que de la ferveur retombée ». Qu’on (y) croie ou pas, des choses arrivent. Parfois, des miracles. Et si la roue tarde à tourner: « Où tu ne peux pas dire: tant mieux, dis: tant pis. Il y a là de grandes promesses de bonheur. »

Une maxime peut souvent être inversée et n’a pas valeur d’absolu. Mais le renouveau est inéluctable. Il s’annonce aujourd’hui en éclats bruyants, en feux d’artifices aussi tonitruants qu’éphémères. En rupture ou dans la continuité, gardez toujours votre disponibilité pour le meilleur. C’est ce que je vous souhaite pour 2020.

Citations: André Gide, Les Nourritures terrestres, 1897

Feel better ou presque

lastchristmas-700x350© Universal Studios 2019

Tout ne va pas toujours mal. L’arrivée de Noël ravive tous les espoirs, également au cinéma. C’est le temps des Feel good movies. Dans La Belle Epoque, Nicolas Bedos met à la fois tout son amour et son regard critique dans l’histoire d’un homme vieillissant et désaimé dans un monde qu’il ne comprend plus. Son fils lui organise un voyage dans le temps, une recherche du temps et de l’amour perdu. Ce n’est pas de la science-fiction, c’est un jeu d’acteurs bien scénarisé qui le transporte au moment magique de la première rencontre avec celle qui sera la femme de sa vie. Les personnages du film portent l’empreinte du couple parental Bedos et du propre rapport complexe du fils à l’amour et à la création. C’est un film ode à l’amour qui se recrée toujours avec liberté. Lire la suite

Un automne au cinéma qui déborde

283317243006211Après Joker, J’accuse et les Misérables, il fallait accuser le coup et, au-delà du plaisir cathartique et distancié devant une représentation certes réaliste mais plus ou moins fictionnelle, prendre dans la face cette réalité sans pause: le mépris humilie, l’indifférence tue. Il est toujours abasourdissant de lire, de voir, d’entendre à quel point les mêmes schémas de violence trouvent à s’infiltrer dans toutes sortes de milieux, dans toutes sortes de relations. Même conscients de l’inhumanité immanente de l’humanité, pouvons-nous nous en préserver? Et – forcément mordus à plusieurs reprises – pouvons-nous ne pas devenir loup ou serpent à notre tour? Nous sommes tous des Bêtes humaines. Et on fait ce qu’on peut. Avec ça. 

Montreux-Majorque, ma deuxième nouvelle publiée à la Musardine

L’ouvrage est sorti le 21 septembre 2017 et c’est le deuxième Osez 20 Histoires dans lequel l’une de mes nouvelles a été retenues. Je découvre petit à petit mes co-auteurs qui sont représentatifs de différents styles et sensibilités. Certains revendiquent un style simple et direct, d’autres apportent beaucoup de soin à la mise en place du récit et à sa cohérence narrative. On y trouve des plans à trois presque romantiques alors que d’autres sont carrément sordides. Mais le critère de réussite d’une nouvelle érotique est avant tout performatif: le corps réagit-il ou pas? Voilà l’essentiel.

Lire la suite

Nelly Arcan, figure tragique et écrivaine sublime

 

110920_l54y2_pluson_nellyarcan_burqachair_sn635De retour de la dernière à Genève, je retiendrai trois choses de la mise en scène du spectacle SeXclure / Variations Arcan / Trip-TYque au Théâtre du Grütli:
– le corps instrumentalisé au propre en instrument à percussion, corps objet qui seXprime, magnifiquement réalisé par Pascal Auberson qui fait résonner un corps de femme entre sons flamenco, tribaux, trance.

– la séquence du talk show télévisé déjà visionnée sur YouTube projetée sur grand écran avec un replay obsédant des yeux de bête traquée d’une femme aussi belle que Marylin Monroe qui veut parler de son rapport à l’écriture quand le présentateur -« l’homme debout » – et une assemblée d’hommes de connivence la réduisent à son décolleté.

– la lecture du texte Folle, déclaration d’amour et de mort, comme une épître wertherienne moderne. Lire la suite