Un automne au cinéma qui déborde

283317243006211Après Joker, J’accuse et les Misérables, il fallait accuser le coup et, au-delà du plaisir cathartique et distancié devant une représentation certes réaliste mais plus ou moins fictionnelle, prendre dans la face cette réalité sans pause: le mépris humilie, l’indifférence tue. Il est toujours abasourdissant de lire, de voir, d’entendre à quel point les mêmes schémas de violence trouvent à s’infiltrer dans toutes sortes de milieux, dans toutes sortes de relations. Même conscients de l’inhumanité immanente de l’humanité, pouvons-nous nous en préserver? Et – forcément mordus à plusieurs reprises – pouvons-nous ne pas devenir loup ou serpent à notre tour? Nous sommes tous des Bêtes humaines. Et on fait ce qu’on peut. Avec ça. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s