L’écriture créative à l’école

IMG_0874Etant depuis quelques mois dans un certain élan qui me pousse à écrire (il semble en effet que « l’inspiration » ne soit pas quelque chose dont on décide entièrement tout seul), j’ai aussi fait écrire les autres dans un espèce d’échange circulaire d’idées et d’énergie. Les autres, ce sont mes élèves de français, quarante-cinq au total, de 15-16 ans, parfois plus. Et comme toujours quand on se lance dans une nouvelle expérience pédagogique, on n’a jamais aucune garantie de résultat. Pourtant celle-ci a dépassé mes espérances. Partie de la séquence « Le récit autobiographique », nous avons imité les grands auteurs qui à un moment ont raconté leur vie: Gide, Perec, Yourcenar, Chateaubriand, Beauvoir, Sartre, Sand… Si ces écrivains pouvaient raconter leur naissance, leurs peurs, leurs chagrins mais aussi leurs amitiés, leurs amours, leurs rêves, pourquoi pas nous? Le titre « Mémoires d’une jeune fille rangée » (1958) de Beauvoir avait déjà été détourné par Frédéric Beigbeder en « Mémoires d’un jeune homme dérangé »(1990). Nous ferions pareil.

J’ai eu des jeunes gens « discrets », « effacés », « sensibles », « compliqués » mais aussi « drôles », « adorables », « ambitieux », « qui avancent », des « âmes fortes » ainsi que quelques variantes originales, entre autres « polygonal » parce que j’ai quelques côtés et plusieurs angles. Dans leurs textes, il sont souvent parvenus à atteindre une dimension poétique qu’on ne leur soupçonnait pas et parfois à conférer une véritable valeur littéraire à l’expérience racontée ou à leur réflexion. Du regard sans concession posé sur soi, sur le rapport à l’autre, sur le morcellement de la mémoire et du corps adolescent en devenir, entre voilement et dévoilement, ils sont parvenus – tous – à créer « une oeuvre ». Ils sont allés au bout de leur projet, certains y travaillant pendant un temps toutes les nuits et toute une semaine de vacances. Je suis très fière d’eux et de leur travail  et j’espère qu’ils en garderont le goût d’aller au bout des choses.

Cette activité est entre autres issue de la réflexion suscitée par la formation continue HEP « Faire écrire les élèves » suivie il y a deux ans et je remercie ici l’excellent formateur Yves Renaud pour avoir réveillé ma conscience et confiance dans ma propre capacité d’écrire et par extension celle de faire écrire les élèves, qui n’oublieront à mon avis pas de sitôt  « leurs mémoires ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s