Premier article de blog : du nom propre

img_0417
Il est vrai que j’ai avec les noms propres un rapport qui m’est énigmatique, qui est de l’ordre de la signifiance, du désir, peut-être même de la jouissance. La psychanalyse s’est beaucoup occupée de ces problèmes et l’on sait très bien que le nom propre est, si je puis dire, une avenue royale du sujet et du désir. 

Roland Barthes, Noms de personne (dans 20 mots-clefs… interview Magazine Littéraire, février 1975)

So ein Vorname bleibt haften und trägt zur Prägung seines Trägers bei, der zunächst daran unschuldig ist, der aber später in ihn hineinwächst, so wie er in alles hineinwächst, in sein Schema und in seine Schuld. Der Name kommt vor dem Kind wie Hochmut vor dem Fall, aber er wirft Licht nicht nur auf seine Eltern oder zumindest deren einen Teil, der sein Kind so und nicht anders zu nennen begehrte, sondern auch auf den Träger, dem der Name im Laufe der Jahre in Fleisch und Blut übergeht; und bald verkörpert der Name sich in ihm, er wird zur Kennzeichnung (…). (Sie) wachsen, entsprechend ihrer Bestimmung, in ihre Namen hinein, und die Namen wachsen mit ihnen, werden gross und fordernd und bedrohlich. (…) Es ist sinnlos, sich anders zu nennen als man heisst, so sinnlos wie eine kosmetische Operation.

Wolfgang Hildesheimer, Tynset, 1965

Je me suis toujours intéressée à l’onomastique. Aux noms, aux prénoms, à leur signification. J’ai toujours été fascinée par le fait que Flaubert ait appelé ses anti-héroïnes Emma (aima?) ou Félicité (la bienheureuse?), que chez Sade précisément Justine soit soumise à toutes les injustices, qu’il puisse y avoir Iseult la Blonde et Iseult aux Blanches Mains. L’étymologie des toponymes m’amuse (Montreux vient de monastère) et je me suis plongée il y a très longtemps dans les méandres insomniaques du monologue monomaniaque de « Tynset », roman de Wolfgang Hildesheimer (1965) et petite ville norvégienne que son protagoniste n’atteindra jamais, parce que ce nom contient les lettres du mien et le roman une réflexion sur la puissance évocatrice du nom en plus des thèmes de la résignation face à l’absurde, de la peur, de l’inaction. Par un incroyable hasard objectif, le seul amour du narrateur s’appelle Vanessa. La sensibilité à ce type de manifestation chère aux surréalistes est une façon d’être au monde comme une autre!

J’ai le nom d’une ville, d’une pierre, d’une pute. A cela s’ajoute Vanessa, papillon. Mon coming-out est juste mon éclosion.

41790308-vanessa-paon-illustration-vintage-grav-histoire-naturelle-des-animaux-1880

Vanessa Paon, illustration vintage. Histoire naturelle des animaux, 1880

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s