Tate ou tarte? Exercice d’empathie avec un mytho

Une étape de plus à mon palmarès de parangon : la prison. Là, on se reconnaît entre durs. Le Russe d’à côté, avec ses tatouages de runes, n’a fait qu’une bouchée du petit Suisse arrêté pour conduite en état d’ébriété. Pas banquier, pas intéressant, pas de chance. Du menu fretin occidental, il en fait son quatre heures. Moi, je vais lui proposer une collab’. Il a le look, le coco, avec sa boule à zéro et sa masse de force et de graisse patiemment forgée de l’intérieur par la vodka. Moi, y a qu’entre vrais mecs que je suis bien. On peut péter, roter, se raconter quelles poules qu’on on a niqué, lesquelles étaient bonnes, lesquelles étaient connes. Mais surtout on se marre. On compare nos bobs, nos zobs, nos zgeg. On fait des concours d’appuis faciaux, je gagne toujours. Faut dire que j’ai été champion de kick boxing. J’en ai massacré pour moins que ça. Je suis léger, je suis fort, je suis le maire d’internet. Sting like a bee tout en ayant la tchatche, y a que moi pour ça. Même dans cette taule, ils ont le respect, les gars. Mes 33 bagnoles, elles sont pas sorties de nulle part.

Lire la suite